ACCUEIL

Fin de saison 2013-2013


L’équipe a mis fin à sa saison avec une performance de 6 victoires et 5 défaites au Tim Horton’s Brier. Nous devions gagner nos 2 matchs lors de la dernière journée des rondes préliminaires. La première contre Brad Gushue, était égale après 9 bouts, mais nous n’avions malheureusement pas l’avantage de la dernière pierre. Celui-ci a effectué une sortie avec son dernier lancer pour éteindre nos chances d’accéder aux éliminatoires.

En toute honnêteté et humilité, nous avons joué un excellent calibre de jeu tout au long de la semaine et mis à part le dernier match qui ne voulait rien dire à toute fin pratique, toutes nos défaites ont été des parties chaudement disputées. Il sera désormais difficile d’ignorer Équipe Ménard…

La bonne nouvelle de notre prestation est que nous sommes à toute fin pratique qualifiée pour les pré-essais Olympiques qui auront lui début novembre à Kitchener. Déjà surnommé « un bain de sang » par plusieurs équipes, puisque 12 équipes se disputeront les 2 derniers laissez-passer pour les Essais Olympiques à Winnipeg en début décembre. Voilà une excellente motivation pour notre entraînement estival afin d’être fin prêt pour la prochaine saison.

Merci à tous pour votre support. Nous espérons que vous avez vécu de belles émotions à nous suivre cette année; en espérant votre support continue pour notre « quête olympique » l’an prochain!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Champions 2013!!!! 

Championnat provincial – Victoriaville, QC


Le titre est clair : Équipe Ménard a remporté les grands honneurs du championnat provincial Tankard qui s’est déroulé du 21 au 27 janvier à Victoriaville.

C’est non sans peine que nous avons vaincu l’équipe de Philippe Lemay, de Trois-Rivières, par la marque de 6 à 5 au dernier bout. Ceux-ci méritent par ailleurs toutes nos félicitations pour leur performance de la semaine et surtout notre respect pour avoir agi avec une grande classe dans la défaite.

Nous avons aligné 10 victoires en ligne après avoir débuté le tournoi sur une défaite aux mains de Steeve Gagnon de Chicoutimi. Huit victoires plus tard, nous nous retrouvions en éliminatoires. Une victoire convaincante contre Robert Desjardins, le champion en titre, nous a permis d’accéder à la grande finale pour faire finalement face à Philippe Lemay et son équipe.

Il est impossible de passer sous silence la contribution de Robert « le coach », qui a trouvé comme à l’habitude les bons mots aux bons moments pour s’assurer de nous garder concentrés sur la tâche, et de Michel Lacombe, qui agi en quelque sorte comme le gérant de l’équipe. Merci à vous deux!

Il est également impossible de passer sous silence nos commanditaires, qui font à notre avis partie intégrante de notre équipe et nous sont indispensables : Les Brosses Performances, IamGold Corporation, Performance Curling Wear (PCW), Les Industries Fournier ainsi que SDV Logistique. Nous croyons vous avoir bien représenté et nous avons la ferme intention de continuer à le faire lors du Tim Hortons Brier, qui se déroulera du 2 au 10 mars 2013 à Edmonton, en représentant le Québec.

Encore une fois, merci!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Canadian Open of Curling – Kelowna, BC


Après une longue journée d’avion le mercredi 12 décembre, nous arrivons en soirée dans la superbe ville de Kelowna en Colombie-Britannique pour disputer le ‘’Canadian Open’’, la 2e étape de la série Grand Chelem.

Notre première partie est contre Rob Rumfeldt de l’Ontario. Nous sortons lentement des blocs, ce qui donne l’avantage à l’équipe adverse. Au 7e bout, nous tirons de l’arrière par un point et nous n’avons pas l’avantage de la dernière pierre. Nous jouons cependant un 7e parfait, et l’adversaire manque 2 pierres coûteuses : nous volons 2 points et nous prenons les devants pour la 1e fois du match. Le 8e bout s’avérera un véritable ‘’Bingo’’ avec plusieurs pierres en jeu et ainsi, plusieurs options pour effectuer des lancers. Nous ne pouvons tout couvrir et nous laissons une montée-triple-sortie à Rumfeldt… qu’il exécute à la perfection. Nous perdons sur un beau lancer du capitaine adverse.

Nous jouons immédiatement après contre William Lyburn du Manitoba. Nous prenons un 4 au premier bout et franchement, nous défendons correctement notre avance durant tout le match, malgré le fait que Jean-Michel doive faire un placement au 4 pieds pour clore le débat. 1re victoire.

Le vendredi, nous jouons successivement contre Jacobs, Howard et Stoughton. Grosse commande en perspective. Nous perdons des matchs serrés contre Jacobs et Stoughton. Nous avons d’ailleurs le sentiment que nous méritions un meilleur sort contre Stoughton. Howard nous serre une sévère correction. Nous terminons le tournoi avec une fiche de 1 et 4.

Pour être honnête avec vous, ces résultats ont amené une introspection sérieuse par chacun des membres de l’équipe. Nous nous savon capable de fort mieux de notre part. Malgré ce tournoi difficile, nous avons eu une bonne discussion d’équipe et avons trouvé des pistes de solutions pour remettre l’équipe sur les rails. Faites-nous confiance : le meilleur est à venir! 🙂

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Challenge Casino de Charlevoix – Clermont, QC


Sans avoir de fin de semaine de repos, l’équipe se dirige d’un pas commun vers Charlevoix, une classique qui commence à accueillir de plus en plus d’équipe de pointe. Les organisateurs ont cette année réussie à leurrer Niklas Edin de la Suède, Steve Laycock de la Saskatchewan, Peter de Cruz, Sven Michel et Pascal Hess, tous de la Suisse. Un tournoi à saveur international.

Nous débutons le tournoi contre Howard Rajala d’Ottawa. Rajala joue 100% sur ces placements, mais beaucoup moins bien sur ses sorties. Nul besoin de vous dire que ce fait nous permet de capitaliser sur des erreurs majeures de sa part et l’équipe adverse hisse le drapeau blanc après 6 bouts.

Peter de Cruz nous attends en demi-finale du ‘’A’’. Il s’agit d’une excellente et très jeune équipe de la Suisse. Ceux-ci sont déjà considérés comme l’équipe #2 de leur pays. Benoit Schwarz, qui lance les dernières pierres, ne semble pas du tout affecté par la pression. Il manque cependant un placement contre 3 points au 2e bout. Cet énorme coup de momentum ne balancera plus tellement : nous nous mettons sur le pilote automatique, nous faisons de belles doubles sorties ou encore des doubles ouvertures et l’adversaire peut difficilement générer de l’offensive. Nous voici en finale du ‘’A’’ contre Martin Ferland et avec en prime 3 chances consécutives de nous qualifier pour les éliminatoires.

Un match serré, à notre avis légèrement à notre avantage, est joué. Malheureusement, tout est bousillé au 7e bout par un vol de 2 points de l’adversaire. Ceux-ci feront très bien le ménage au 8e pour nous forcer à 1 point, puis en bout supplémentaire pour arracher la victoire.

La finale du B est contre Mark Dacey de la Nouvelle-Écosse. Un match un peu bizarre et TRÈS, TRÈS long. 8 bouts en 3heures. Jean-Michel a une sortie avec poids léger à faire, mais l’intérieur des lignes du 4 pieds ‘’fudge’’ et peu après le lancer, la pierre dévie complètement. Défaite. Nous voici à jouer le match de la dernière chance.

Nos adversaires sont la sympathique équipe de Paul Flemming. Nous jouons du curling beaucoup plus convaincant et le 4e lanceur, Ian Fitzner-Leblanc, doit faire quelques coups très précis pour garder l’équipe dans le match, mais ce n’est pas suffisant. Nous respirons mieux après cette qualification.

Notre quart de finale est contre Pascal Hess de la Suisse. La clé du match se situe au 5e bout, alors que Jean-Michel frôle une garde sur une sortie très forte (il n’y avait plus de lumière entre les pierres), fait une double sortie et force l’adversaire à faire un placement dans une ouverture peu évidente. Nous volons 2 points, saisissons le contrôle du match et gagnons le match.

Demi-finale à 8am???? Contre Peter deCruz et cie. Chance de 4 points au 1er bout sur des glaces avec beaucoup de frimas. Schwarz s’installe dans l’étrier et doit faire un gel de pierre pour sauver le bout. Implacable, il s’exécute à merveille dans une portion encore inexplorée de la glace. Par la suite, le match se résume au fameux quart de pouce manquant. Nous manquons nombre de pierre par une fraction, l’adversaire nous met littéralement le genou sur la gorge et appuie jusqu’à notre capitulation. Nous sommes déçus d’avoir offert une prestation aussi peu enviable. Nous ramassons quand même de précieux points CTRS.

Moments enviables de la fin de semaine :

– Des très plaisantes discussions d’après-parties avec les équipes sur place. L’ambiance de Charlevoix semble détendre tous les compétiteurs et nous en avons profité pour partager quelques rires avec nos adversaires.

– Aussi plaisant qu’est Charlevoix, il a toujours été difficile d’avoir de la variété dans nos repas durant ce tournoi en raison du faible nombre de restaurant. Avis à tous : Le ‘’Belle et Bum’’ est un excellent restaurant avec une bonne ambiance.

– Nous avons trouvé le nouveau surnom préféré d’Éric : ‘’Le photographe’’. Je vous laisse deviner pourquoi.

Nous nous rendons dans la vallée d’Okanagan, à Kelowna, pour le 2e Grand Chelem de l’année au milieu du mois de décembre! À plus!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Masters of Curling – Brantford, ONT


Après plus de 9 heures de route séparé en 2 par une bonne nuit de sommeil à Brockville pour nos amis de Québec, l’équipe arrive finalement à Brantford pour jouer le 1er Grand Chelem de la saison. Beaucoup d’équipe font preuve d’un enthousiasme débordant, car plusieurs croyait que la série des Grand Chelem n’allait pas survivre cette saison dû à plusieurs problèmes financiers. La série à cependant été acheté par Sportsnet/Rogers, et ceux-ci on fait une présentation plus que rassurante aux joueurs en début de tournoi. Important de noter que pour ce premier Grand Chelem, 6 équipes se qualifieront pour les quart de finale, contrairement au 8 habituelles.

Première partie contre Kevin Martin, champion olympique en titre. À noter que le 3e John Morris support le movember avec une moustache plus que douteuse. Les 5 premiers bouts se résument à un mot : survie. Nous gardons à peine la tête en dehors de l’eau, si bien que le pointage est 6-2 après 5 bouts. Au 6e bout nous n’avons qu’une garde de coin avec 3 pierres à lancer. Pas de problème. Combiner 3 pierres parfaites de notre part à 2 lancers manqués de l’adversaire, et le résultat est un 3 bien juteux qui nous remettent dans la partie. L’adversaire est visiblement sonné, car nous appliquons une pression énorme au 7e bout, si bien que Martin n’a d’autre choix que de nous concéder 1 point. Égalité après 7 bouts. Nous croyons bien avoir une situation parfaite pour le vol… mais M. Martin, tel qu’il nous a habitués depuis les 20 dernières années, sort un lapin de son chapeau pour anéantir nos chances de vol. Nous perdons ce match.

Deuxième match contre les danois, mené par Rasmus Stjerne. L’équipe est présente de corps, mais l’esprit semble ailleurs : nous jouons un atroce 2e et 3e bout, l’adversaire joue merveilleusement bien et nous comprenons rapidement qu’un ‘’miracle on ice’’ ne sera pas possible. Nous voici donc acculé au pied du mur. Nous devons gagner nos 3 derniers matchs pour espérer un bris d’égalité.

Les membres de l’équipe trouvent finalement leur touche sur la vitesse de la glace et les résultats se font immédiatement sentir. Nous battons John Epping, qui n’était pas dans son assiette ce soir là, puis nous livrons une chaude lutte à Thomas Ulsrud qui se scelle par une victoire suite à un merveilleux lancer de JM pour 4 points. Finalement, nous jouons contre Sven Michel de la Suisse. L’adversaire n’a pas gagné une partie et semble légèrement désintéressé par la partie. Nous nous acquittons de la tâche rapidement et sans bavure.

La poussière retombe et nous devons jouer un bris d’égalité contre Jeff Stoughton pour accéder aux éliminatoires. À noter que si le tournoi avait qualifié 8 équipes, nous aurions passé directement en éliminatoires.

Nous avons un bon début de match, menant 3-0 après 2 bouts. L’adversaire est rempli d’expérience, ne panique pas et revient tranquillement à égalité. Nous ratons un 2 jouable au 6e bout, et manquons de temps au 8e bout pour manufacturer un vol et nous perdons une partie crève-cœur. Nous en ressortons cependant encouragés, ayant encore une fois fait preuve de notre force de caractère et se prouvant encore une fois que nous pouvons tenir tête aux meilleurs de ce monde!

Faits cocasses :

– Éric a été la malheureuse victime d’une attaque sournoise des membres d’une équipe de curling qui participait au tournoi. Celui-ci, plein d’orgueil et de fierté, a cependant réussi à tenir tête à ses assaillants quand ceux-ci ont tenté de lui enlevé son manteau…

– Pauvre Éric, il est souvent la vedette de nos faits cocasses. Celui-ci est tombé pas une, mais deux fois en balayant des pierres durant le tournoi. La glace était glissante selon la rumeur…

On reconnecte pour Charlevoix!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Turbo résumé – Gatineau et Chicoutimi


Bonjour à tous,

Premièrement, votre humble serviteur Philippe s’excuse pour le retard dans la description des tournois. En ce sens, pour rattraper le retard perdu, Un ‘’turbo-résumé’’ des tournois de Gatineau et de Chicoutimi vous seront présentés afin de se mettre à jour.

Gatineau : L’équipe a réussi à se qualifier par le ‘’C’’ en grafignant. Nous avons réussi à jouer le maximum de parties possibles pour nous classer. Ajouter à cela que nous avons joué des parties à 10PM le vendredi et le samedi (en théorie, c’était à 10PM, mais la vérité se rapprochait plus de 10h30.) Des défaites contre Jamie Murphy et Mike Fournier nous ont relégué dans la section de la dernière chance; nous avons cependant pris notre revanche contre Murphy pour se qualifier.

Le lendemain, nous nous sommes accrochés les pieds dès le 2e bout contre l’équipe de Ian MacAulay d’Ottawa, qui connaissent un excellent début de saison. Nous avons offert un curling correct, mais nos adversaires n’ont presque rien manqué. Retour à la maison avec une autre qualification, à tout le moins.

Chicoutimi : C’est sans Jean-Michel que nous allons à la finale du circuit provincial. Martin prend les commandes de la maison et Philippe Brassard nous prêtes main forte en jouant à la 3e position. Étant semé premier, nous bénéficions d’un bail et sommes déjà en demi-finale du ‘’A’’. Nous battons Dan Élie, puis nous contrôlons les 6 premiers bouts de la finale du ‘’A’’ contre Mike Fournier, pour nous faire damer le pion avec un 7e bout qui tourne au cauchemar. Franchement, l’équipe devra faire un effort de concentration pour les 7e manches. Tel que prévu, les conditions de glaces sont pénibles. La partie suivante, en finale du ‘’B’’ contre Martin Ferland en fait la démonstration. Des erreurs impensables pour des équipes de notre niveau se multiplient à un rythme effarant. Nous retombons sur nos pattes plus vite que l’opposition et nous réussissons à sortir victorieux de ce festival de pierres manquées. Nous sommes en quart de finale contre Robert Desjardins. Martin joue un match horrible, les brosseurs se trompent de 20 pieds sur des jugements de vitesse, un match épouvantable à oublier. Après le match, Robert (qui joue dans son club) nous avoue que Martin tirait les 2 pires pierres du système solaire. L’avantage de jouer dans son club est marquant quand la qualité de glaces et de pierres est douteuses…

– Merci à Jean Brassard et Hélène Duchesne (parents de Philippe et Véronique Brassard) de nous avoir reçus pour souper le samedi soir à Jonquière.

– Merci à Annie, JM et Marie-Soleil pour leur accueil à Gatineau.

L’équipe quitte ce soir pour participer au premier Grand Chelem de l’année à Brantford. On vous tiens au courant!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Mac Ice Classic – Ottawa, ONT


La fin de semaine de l’Action de Grâces est synonyme de « Mac Ice Classic » pour notre équipe. Cette année, il était évident que le tournoi « Stu Sells » à Toronto fait très mal au tournoi que nous avons joué. L’organisateur a eu toutes les misères du monde pour avoir 18 équipes inscrites et malgré le fait qu’un tournoi de type ‘’triple élimination’’ était promis, le format a été changé à la dernière minute. Nous jouons donc un ‘’round robin’’ a 6 équipes, les 6 équipes de l’extérieur étant dans la même boîte.

L’équipe aligne donc des victoires successives contre Matt Dumontelle, Mike Fournier, Mike Bryson et Trevor Bonot. Avec 4 victoires en poche, l’équipe était assurée d’une qualification en éliminatoire. Ne jouant qu’une seule partie le dimanche contre une équipe éliminée, nous avons décidé de jouer la partie. L’équipe est fatiguée et semble encore avoir la tête sur l’oreiller. La première dégelée est donc chose du passé pour Team Ménard, gracieuseté de Philippe Lemay et compagnie. Cependant, il s’agit d’une anicroche sans importance qui sera vite oubliée durant le reste de la journée!

Nous jouons donc contre le vétéran Howard Rajala et son équipe. Nous débutons avec le marteau et nous avons une belle opportunité de compter au moins 3 points, mais le 3e de l’équipe adverse, JP Lachance, fait 2 beaux gels de pierre pour tuer la menace dans l’œuf. JM doit faire un placement au bouton, qui sera malheureusement mal brossé par le front-end. Suite à un vol de 1 au 3e bout, l’équipe est patiente au 4e bout et fini par générer un beau 2 points qui égalise le pointage. Après un vol supplémentaire, JM effectue un gel de pierre très important pour forcer l’adversaire à prendre son point au 7e bout et nous concéder le marteau au 8e bout. Malgré un peu plus de pierres en jeu que nous l’aurions souhaité, Rajala réussi une pierre qui le place cependant derrière la ligne de T, nous donnant de l’appui pour faire notre dernier placement, qui sera réussi. Nous passons en demi-finale.

Trevor Bonot, une équipe du nord de l’Ontario qui à notre avis donnera du fil à retordre à Brad Jacobs et compagnie lors des provinciaux, est notre prochain adversaire. Nous effectuons 4 bouts nul en ligne pour débuter la partie, une première selon Martin. Malheureusement, tout cela mènera à un vol de 1 point par Bonot. Nous reprenons 2 au 6e bout, et le capitaine adversaire réussi une belle pierre pour nous limiter à un vol d’un seul point. Philippe mentionnait qu’il n’avait jamais perdu un match lorsqu’il menait par 2 points en jouant le dernier bout. Malheureusement, les roues du carrosse débarquent au 8e bout. Les 2 pierres de Philippe sont légèrement en angles, ce qui servira de garde pour Bonot. Martin frappe le nez sur une tentative d’ouverture, les brosseurs se font complètement avoir sur le 1er lancer de JM (une tentative de gel) et la 2e tentative de gel de notre capitaine « pick ». Voilà qui en est fait de la fameuse séquence de Philippe. Une défaite amère achève notre épopée pour le tournoi.

Fait marquant de la fin de semaine :

– Nous avons appris à nos dépens qu’un enfant entend et répète tout. Lors d’une joute de hockey sur PS3 relativement animée, un gros mot est sorti de la bouche d’un membre de l’équipe. Après la partie, nous avons donné la manette à Marie-Soleil pour qu’elle s’amuse un peu. À peine 2 minutes plus tard, un gros juron sort de sa bouche!!! Nous en sommes rester bouche bée!

– L’équipe a profité de l’horaire encore une fois un peu étrange pour aller se refaire des forces au Keg à Ottawa… L’équipe en ressort rarement déçu!

– Finalement, une joute de tennis a été jouée, et le duo JM-Martin en est encore sorti gagnant. Pour votre information, Éric était encore vêtu en civil allant travailler, avec jeans à l’appui et talent resté confortablement à la maison!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Shorty Jenkins Classic – Brockville, ONT


Le 13 septembre en après-midi, l’équipe parcourait ses premiers kilomètres de voyagement de sa saison. Fébriles, nous avions tous hâte d’arriver à bon port et débuter notre saison au tournoi de Brockville. Habituellement, l’équipe s’arrange toujours pour jouer un 9 trou de golf, mais nous avons hérité d’un programme chargé cette année, l’équipe devant donc se contenter d’un « chipping contest ». Le tout était de toute façon beaucoup mieux pour la santé mentale de Philippe.

Le tournoi débute contre la dernière équipe que nous avons affrontée l’an dernier, soit Robert Desjardins. À noter que Jean-Sébastien Roy était absent pour cause de blessure à un genou. Nous avons l’avantage sur la qualité de jeu offert, mais Robert effectue quelques placements contre plusieurs pierres adverses, ce qui garde son équipe dans le coup. Cependant, le capitaine adverse ne semble pas réaliser que ses pierres sont plus que douteuses et au 6e bout, il rate complètement sa tentative de gel et nous prenons 5 points. L’équipe concède la victoire.

L’équipe profite d’un avant-midi de congé pour faire le plein de sommeil. Nous arrivons fin prêt à notre 2e partie pour affronter un revenant : Guy Hemmings. Celui-ci s’était blessé avant le début de la saison l’an passé en soulevant une table de patio. Le reste de l’équipe est composé d’anciens coéquipiers de Philippe, soit Christian Bouchard, Ghyslain Richard et François Gagné. La rouille est encore bien présente et l’équipe de Guy ne semble pas en contrôle de ses moyens pour le match. La victoire est acquise après 5 bouts. Fait très important à noter : la façon de briser les égalités à ce tournoi est par un lancer de précision qui doit être effectué après la 2e victoire. Notre résultat est un bon pour le 3e meilleur de la compétition, nous plaçant en excellente position si des bris d’égalités étaient nécessaires.

Par la suite, nous devons nous mesurer à Pete Fenson des États-Unis. L’équipe joue correctement, mais nous perdons la bataille des angles au 2e bout et Fenson effectue un beau lancer pour prendre 3 points. Nous égalisons la partie après 3 bouts, mais le 4e bout joue encore contre nous : alors que nous comptons le point et à nous de lancer, tous ce que nous devons faire est de placer un second point dans la maison pour forcer l’équipe adverse à effectuer un placement contre 2. Jean-Michel fait un bon lancer, mais la pierre passe sur un ‘’flat spot’’ et la trajectoire dévie complètement. L’adversaire prend 4 points et nous ne parvenons pas à revenir de l’arrière. Bien que le pointage indique une dégelée, cette défaite laisse un goût amer car nous croyons avoir offert un niveau de jeu similaire à nos adversaires.

Le réveil est très tôt pour l’équipe le samedi, jouant à 8 heures du matin. Nous jouons contre l’équipe de Matt Paul mais sans ce dernier car il a aggravé une vieille blessure au genou lors de sa première partie du tournoi. Nous sommes frais et dispos, nos adversaires ont les yeux rougis par ce qui semble être un léger abus des bonnes choses de la vie la nuit précédente. Il offre un niveau d’opposition intéressant mais ne sont pas capable de générer aucune offensive. Voilà la 3e victoire de Team Ménard.

Nous croyons être dans la même situation que l’an passé pour le dernier match du tournoi à la ronde : une victoire contre John Epping nous amène en éliminatoires, une défaite nous amène au bar du club pour le reste de la soirée et un mal de tête le lendemain matin. Nos adversaires jouent très bien mais la cadence est tolérable. Le pointage est égal après 4, mais deux lancers horribles de Philippe, une quasi-perfection d’Éric qui tourne en catastrophe et un manque de concentration de Martin tourne ce bout en cauchemar. Jean-Michel n’arrive pas à sauver les meubles et nous donnons un bout de 4 points pleinement mérité. Nous rendons la fin de match intéressante, en volant 2 points au 7e et ayant une bonne position de vol au 8e, mais la dernière pierre de Jean-Michel est 6 pouces trop forte et donnons un lancer relativement facile au capitaine adversaire. Nous perdons le match.

En regardant rapidement les résultats du tournoi, nous réalisons cependant que même s’il reste plusieurs parties à jouer, notre lancer de précision nous assure une qualification. Un baume sur nos plaies : l’équipe réalise pertinemment que notre niveau de jeu doit absolument augmenter.

L’équipe met en jeu sa série de 7 victoires consécutives contre l’équipe de Brad Jacobs de Sault Ste-Marie. Soyons honnête : l’équipe joue un ‘’handicap’’ match tellement le lead joue une mauvaise partie. Malgré tout, après un mauvais départ, l’équipe réussi à égaler le pointage après 4 bouts. Nous prenons la décision de concéder 2 points au 5e bout au lieu de prendre la chance de pouvoir donner 3 points car nous sommes convaincus d’offrir un niveau de jeu supérieur à nos adversaires. Malheureusement, il s’agit d’un ¾ de vérité : 3 joueurs sur 4 jouent mieux que l’autre équipe. 2 mauvais lancers additionnels de Philippe mettent l’équipe dans le pétrin. Nous tentons de générer un 2 points agressivement, mais cela fini par être un couteau à double tranchant car nous sommes pris à faire des placements à l’arrière de la maison, endroit où l’adversaire peut venir se geler. Nous concédons un point supplémentaire après une belle pierre de Jacobs. Avec une chance de faire deux points au 7e bout pour mettre la partie serrée au 8e, l’équipe rate une autre chance et se fait voler un autre point. Nous concédons la victoire et notre tournoi s’achève ainsi.

Beaucoup de points à travailler, mais l’équipe à quand même réussi à ramasser de précieux points pour la course à la qualification olympique. On reconnecte lors de la fin de semaine de l’action Grâces pour le Mac Ice Classic.

Faits amusants de la fin de semaine :
– La jolie Eve Muirhead de l’Écosse était en ville pour le tournoi. Éric à cependant été choqué de voir les bottes de l’écossaise, qu’il qualifie affectueusement ‘’d’écrases-merdes’’. Il faut cependant noter qu’Éric n’est pas une carte de mode ambulante…

– Philippe a fait un Tom Watson de lui-même lors du concours d’approche. Il avait la victoire au bout du ‘’putter’’, mais il a pathétiquement raté son essai.

– Merci à l’équipe de Marie-France Larouche d’avoir accepté de partager un souper très plaisant avec nous suite à nos qualifications respectives le samedi soir.

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert


Mot de bienvenue – Saison 2012-2013


Bonjour à vous,

Les journées raccourcissent, le mois de septembre arrive à grand pas lorsque nous regardons notre calendrier. Il faut se rendre à l’évidence : la saison de curling 2012-2013 est à nos portes. En toute franchise, l’équipe a passé un certain temps à lécher ses plaies suite à notre élimination en demi-finale du provincial. Nous avions connu une bonne première saison côté résultat et nous étions en droit de penser que nos chances étaient extrêmement bonnes de représenter le Québec au Brier en 2012. Après quelques mois de réflexions, nous avons eu de bonnes discussions entre les quatre membres de l’équipe et nous avons conclu que la meilleure décision à prendre était de continuer ensemble pour atteindre nos objectifs communs : un podium au Brier et une qualification aux pré-essais olympiques. Nous avons décidé de garder le même type de calendrier que l’an passé, avec cependant certaines nouvelles approches qui, nous le croyons, nous permettra d’éviter une fin de saison en queue de poisson comme l’an passé. Avec tout le respect que nous devons à nos adversaires du Québec, nous sommes convaincu être la meilleure équipe au Québec et l’échec de l’an passé ne nous motive que plus pour atteindre les buts fixés cette année.

Encore une fois, nous nous devons de mentionner tous nos commanditaires qui nous apportent un soutien financier cette saison : Performance, IamGold, SDV Logistiques, Les Industries Fournier, Performance Curling Wear. Soyez assurés que l’équipe prend bien soin de dégager une attitude positive partout où nous allons en tournois pour bien vous représenter.

Finalement, l’équipe fera un compte-rendu après chaque tournoi pour vous tenir aux faits et gestes de l’équipe durant toute la saison!

Jean-Michel, Martin, Éric, Philippe et Robert

Events to come

Challenge Casino de Charlevoix
November 21 to 24

Vic Open
December 12 to 15

Championnat Provincial
January 12 to 19

Sponsors